> Projet  > Projets OSIRISC et OSIRISC+

Projets OSIRISC et OSIRISC+

Les projets OSIRISC et OSIRISC+ ont touché à leur fin. Ils ont été rendu possibles par des co-financements de la Fondation de France et de la DREAL Bretagne.

Ces deux projets ont permis de grandes avancées dans le suivi des risques côtiers à l’interface science-gestion en Bretagne.

Ils ont produits des outils opérationnels qui continuent de vivre dans des partenariats de recherche-action très dynamiques, notamment dans le Finistère avec le partenariat Litto’risques qui réunir le Conseil départemental du Finistère, l’UBO et le Cerema.

LEs productions de ces deux projets sont accessibles sur les pages dédiées à OSIRISC et OSIRISC+.

La première action vise à l’expérimentation de l’utilisation de l’interface WEB-SIG dédiée à la vulnérabilité aux risques côtiers d’érosion et de submersion marine élaborée dans le cadre d’OSIRISC (appelée OSI). Cette expérimentation est mise en œuvre sur le territoire d’étude des communes littorales du Parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan (PNRGM). Elle est proposée conjointement sur les communes littorales de la Côte des Légendes (Brignogan-plages, Guisseny, Goulven, Kerlouan, Plouider, Plounéour-Trez) avec un niveau de mise en œuvre différent de la part de l’équipe scientifique.

La seconde action est destinée à recenser les observatoires du trait de côte et des risques côtiers d’érosion et de submersion à l’échelle régionale de la Bretagne et vise à élaborer des recommandations pour une observation régionale.

Le travail réalisé jusqu’à présent a permis :

  • d’engager une réflexion approfondie sur la démarche d’observation et d’observatoire du littoral et des risques côtiers en Bretagne ;
  • d’aider à l’expérimentation menée sur les territoires, en particulier sur cinq des communes du territoire de la Communauté de communes Auray-Quiberon Terre Atlantique. Conjointement, elle a aussi permis de créer les bases d’une future expérimentation sur le territoire de la Communauté de communes de la Côte des Légendes ;
  • d’accélérer le développement de l’interface OSI (recueil des indicateurs de composantes et de détermination de la vulnérabilité côtière des territoires) ;
  • d’entraîner l’intérêt d’autres EPCI et collectivités territoriales vis-à-vis de la démarche engagée sur l’observation des risques côtiers, notamment dans le cadre de la mise en œuvre de PAPI (« Quimper Littoral Sud Finistère », Conseil Départemental du Finistère).

Journée observation des risques côtiers en Bretagne, 9 nov. 2020